Hommage à Paul St-Amand, jr.

Chroniqueur de « La colonne ouverte des échecs » (Le Soleil, 1987-88)

Il y a bien longtemps maintenant que je passe près des murs du Café du Vieux Québec, m’arrêtant parfois pour reluquer son intérieur. Au travers la vitre assombrie par la fumerolle de la cuisinière, j’aperçois un mur rose bonbon, des piles de magazines, un habit de clown sur un cintre, un réfrigérateur tapissé de découpures de journaux, un organe noyé dans le formol, une vieille lampe sur pieds sans abat-jour, et bien sûr le cuistot lui-même, dégustant un jus aux raisins blancs, tout en driblant un ballon de basket.

Cette fois, il m’aperçoit et m’invite à entrer d’un geste. Dès l’instant où je traverse le seuil, je comprends que j’entre dans un rare univers où ondoie un fin humour. J’apprécie l’agencement disparate du mobilier; je hume un riche fumet; j’entends une mélodie sidérale mais envoûtante; et je découvre un grand homme aux cheveux teints et fous. Ses yeux me sourient et d’un geste de son énorme tête, il m’invite à goûter aux délices à ses côtés : canapés, saucisses, olives, œufs farcis, et autres amuses gueules. C’est avec une anticipation presque enivrante que j’approche de la table. Il m’est immédiatement donner d’apprécier la finesse culinaire de ce chef de la pensée humaine !

Canapés aux olives noires farcies de fromage de chèvre St-Amand
« Le ring est ainsi dessiné : les Noirs vont travailler au corps les pions pendants d et c. » (Chronique du 3-7-88)

« Le taureau anglais ne fut pas importé dans l’arène de ce tournoi international : aucune ouverture anglaise (1. c4) n’a été jouée! Olé ! » (22-5-88)

« Tandis que les Cavaliers sortent les contorsions, l’échiquier sourit aux Fous blancs. » (17-4-88)

« Les échecs sont toujours plus compliqués que la position, car en plus de la position il y a les joueurs n’est-ce pas? » (10-4-88)

« Dans le match de 24 parties pour le championnat du monde, le tenant du titre Kasparov et son challenger Karpov se sont tour à tour gazés dans les 18e, 19e et 20e parties en divisant froidement le point. Les deux protagonistes vont même jusqu’à tenter de s’endormir avec la même variante en échangeant simplement les couleurs dans les 18e et 19e! » (Une de mes préférées ! 13-12-87)

« Que devez-vous faire si votre adversaire tombe endormi à l’échiquier alors que c’est à lui de jouer? Le réveiller pourrait aller à l’encontre de l’article 19.1 (c) des Lois des Échecs : ‘Il est défendu de distraire ou d’importuner son adversaire de quelque façon que ce soit.’ » (27-7-87)

« ‘Donnez-moi un imbécile et en deux ans, j’en fais un champion du monde.’ » Reuben Fine; et le chef d'apprêter : ‘Donnez-moi un Reuben Fine et en deux heures, j’en fais un imbécile.’ Le Champion du monde. » (12-4-87)

« Profitant du zeste de fantaisie dans la position, le Britannique grand maître sort son magnifique service à thé cinq pièces. » (8-01-89)

« Les blancs errent en consultant un livre sur la dinde aux atocas, et au beau milieu de la recette, il est trop tard pour faire marche arrière, surtout devant l’impeccable appétit des noirs. » (18-12-88)

Ayant modestement prisé ma réaction à ses menus apprêts, le chef se déplace légèrement de côté pour me laisser contempler les autres tables, où reposent d’innombrables petites bouchées provenant des quatre coins du monde échiquéen.

Bouchées de saucisses échiquéennes enveloppées de bacon international
La recherche de … l’imperfection?

« Le vainqueur d’une partie est le joueur qui fait l’avant-dernière bourde. » Tartakower (citation relevée dans la chronique du 18-12-88)

Vos portes sont trop petites !
« Ce que je joue est la théorie. » Alekhine (30-10-88)

Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire !
« Je ne vois pas comment il est possible pour les 2 joueurs de sauver leur partie ! » Staunton sur les terribles complications dans la partie La-Bourdonnais – McDonnell (23-10-88)

Un moment dans le cerveau virtuel de l’ordinateur Vidéoway
« Ne ratez jamais un échec – cela pourrait être mat! » Boden (14-8-88)

Quelle belle fleur … la ciguë dites-vous ?
« Le style d’Emmanuel Lasker était clair et limpide comme de l’eau de source … avec un peu de poison! » Spielmann (3-7-88)

Ça fera 150$ svp !
« Vous êtes fou, mais quelle importance. En fin de compte, vous êtes un joueur d’échecs. » Un psychiatre à Rubinstein (5-6-88)

Ground control to Major Tom …
« Il y a eu des temps dans ma vie où je suis venu très près de croire que je ne pouvais pas perdre une seule partie. » Capablanca (29-5-88)

La main est plus rapide que …
« … j’ai observé un maître assis sur ses mains, scrutant une position compliquée. Cela m’a intrigué, et après la partie, je lui ai demandé pourquoi.’ ‘Afin d’éviter les erreurs’ m’a-t-il répondu. ‘Les mains sont les pires ennemies lorsque l’on fait des combinaisons!’ » Sonja Graf (15-5-88)

La simplicité même
« Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée, autrement ce n’est qu’un trou dans le mur. » Cavanna (24-4-88)

L’hypnotisme facial !
« J’ai perdu ma concentration, je n’étais plus capable de jouer !! Toutes ces mimiques : il est fou. » Ivanovic, en parlant de Walter Browne. (10-4-88)

Jeudi soir, on sort les vidanges
« C’est du joli. Vraiment dégoûtant. Des échecs de poubelle. » Browne, à la suite d’une défaite. (10-4-88)

Fermeture d’esprit ?!
« Dans un gambit, vous sacrifiez du matériel pour obtenir une partie perdante. » Samuel Boden. (21-02-88)

L’habit ne fait pas le moineau !
« Karpov a eu maintes occasions de démontrer qu’il était le meilleur mais il ne l’a jamais fait. La combativité et les nerfs d’acier dont on pare Karpov sont des qualificatifs exagérés. » Kasparov (21-2-88)

Ne rien faire, est-ce faire quelque chose ?
« Le côté tactique est ce que vous faîtes lorsqu’il y a quelque chose à faire; la stratégie est ce que vous faîtes lorsqu’il n’y a rien à faire. » Tartakower. (20-12-87)

L’influence de Tyson : une oreille avec ça ?
« Le jeu d’échecs, c’est un sport de contact mental, il faut faire sentir la tension aux spectateurs, il faut qu’ils voient du sang. » Andrew Page, manager de Kasparov (29-11-87)

On ne peut mettre de valeur sur la vie humaine …
« Karpov joue avec un pion de plus, en l’occurrence ma femme et mon fils. » Korchnoi. (22-11-87)

Traitement de canal
« Avez-vous peur de Karpov ? – La seule personne qui me fait peur est mon dentiste. » Korchnoi. (18-10-87)

Intuition … mathématique
« Combien de coups pouvez-vous penser à l’avance ? – Un seul, mais c’est le meilleur. » Emmanuel Lasker (6-9-87)

Les sceptiques seront confondus
« Le trait est un désavantage. » Maroczy (23-8-87)

Légère généralisation danoise
« Avec un cavalier en f8, on ne peut jamais se faire mater! » Larsen (2-8-87)

Glissement de sens
Quelle est votre pièce préférée ? « La pièce que mon adversaire n’a pas. » Petrossian; « À 5 heures, j’aime les tours plus que tout; à 9 heures, je tombe en amour avec la dame noire. » Spassky (19-7-87)

Quand la pensée dépasse la pratique
« Il ne suffit pas d’être bon joueur; il faut bien jouer aussi. » Tarrasch (14-6-87)

Fermeture d’esprit II
« Si Dieu avait à jouer contre Dieu dans une Benoni, les Blancs gagneraient toujours. » GM Harston (31-5-87)

Vos portes sont trop petites ! II
« Il ne m’est pas nécessaire de réfléchir. Je sais. » Capablanca (17-5-87)

Ça fera 150$ svp ! II
« Il n’est pas nécessaire d’être fou pour être champion aux échecs, mais ça aide. » Tartakower (1-3-87)

Soins de santé à 2 vitesse
« Akiba, ça regarde mal. Y a-t-il quelqu’un que tu voudrais voir avant de mourir ? – Oui, un autre docteur. » Rubinstein (8-3-87)

Toujours soucieux d’être un hôte agréable, Paul s’assoie à ma table, m’offre un porto, et agrémente ma digestion d’une série de petites pensées savoureuses.

Généreux arrosage d’anecdotes croustillantes à l’huile de St-Amand fumée
Feuille de partie trisomique

Incapable d’écrire le nom de son adversaire de Mongolie, Fischer a déjà écrit sur sa feuille de partie : Un Mongol! (19-2-88)

Il faut se brancher
Le grand maître roumain Gheorgiu offre la nulle au 10e coup. Huebner refuse. « Trop tôt », dit-il. Après 20 coups, Gheorgiu demande encore : « Nulle ? » Huebner : « Trop tard! » (8-5-88)

Un coup sur la noix, ça défoule !!
Vous pouvez abattre votre adversaire d’un coup d’échiquier mais ça ne fera pas de vous un meilleur joueur. Vieux proverbe anglais (14-2-88)

Mon arrière-arrière-arrière-grand-père disait …
La plus vieille chronique d’échecs à être toujours publiée est la Illustrated London News qui a vu le jour le 25 juin 1842. (14-2-88)

Les Doors … rock n’ philosophie ?!
« Ne prenez jamais la vie trop au sérieux; de toute façon, vous n’en sortirez pas vivant. » Comme disait un philosophe. (14-2-88)

Être conservateur, c’est dépassé !
« L’homme absurde est celui qui ne change jamais. » A. Barthelemy (22-11-87)

Histoire de « parasitage »
« Il y a des gens qui ne savent pas perdre leur temps tout seuls : ils sont le fléau des gens occupés. » L. de Bonald. (22-11-87)

Survivance sportive
« Quand un homme désire tuer un tigre, il appelle cela sport; quand un tigre désire le tuer, il appelle cela férocité. » G. B. Shaw (8-11-87)

Au feu !!
Capablanca demanda en 1913 au maire de La Havane de faire sortir tous les spectateurs de la salle de tournoi avant de concéder la victoire à Marshall. (8-11-87)

Y a ben trop d'trafique sur la Main !
Il fut un temps où il n’y avait que deux automobiles à Baie-Comeau. Croyez-le ou non ! Ces deux voitures ont été impliquées dans une collision et frontale s’il vous plaît ! (12-7-87)

Le monde à l’envers
« Y a-t-il une vie avant la mort ? » Graffiti sur les murs de Québec (7-6-87)

Miroir, Miroir, qui est le plus …
Steinitz et Zukertort, deux grands joueurs du début du siècle, étaient présents à un dîner où il fut proposé de porter un toast au champion du monde d’échecs : les deux joueurs se levèrent à l’appel ! (22-2-87)

Parlez plus fort, j’ai une banane dans l’oreille !
« Pendant sa 3e ronde contre le fort maître John Curdo, Jerry Hanken a décliné une proposition de nulle. Pourquoi ? Ses écouteurs l’ont empêché d’entendre l’offre de nulle – qu’il aurait volontiers acceptée ! Heureusement pour lui, Hanken a remporté la partie. On appelle cela l’ouïe fine. » (31-1-88)

En êtes-vous certains ?
« Franz Gutmayer, qui a écrit un volume Comment devenir maître aux échecs, n’a jamais pu en devenir un lui-même. » (10-2-88)

Pensée de dernière minute
Pendant tout ce temps, on regarde les images du combat de Lucas. Suite à l’annonce du résultat, je regarde Paul et lui fais part de cette idée tout juste apparue à mon esprit : « Un vol, c’est 3 juges à la boxe ! » ; il me répond en toute légèreté : « Beaude, have a nice day ! »

Lors du retour à la maison, je ne cesse de sourire. Quelle belle nourriture pour l’esprit ! Le Café du Vieux Québec est un incontournable pour tout fin gourmet…