Quatrième ronde, au Montcalm 6: Il y avait belle lurette, et même superbe lurette, dirions-nous, que ces deux féroces compétiteurs de la région ne s’étaient rencontrés. Aussi la partie du premier échiquier promettait beaucoup : Bertrand a démontré cette semaine encore qu’il avait retrouvé l’aplomb de ses meilleurs jours. Quant à Gaétan, a-t-il trop tardé à roquer? N’a-t-il pas suffisamment pris garde à la pression que Bertrand était en mesure de faire subir à ses pions centraux? En tout cas, il a finalement dû y laisser trop de matériel pour pouvoir continuer :

Gaétan Lapierre (1881) – Bertrand Auger (1892)

1.e4 e6 2.d4 d5 3.e5 c5 4.c3 Cc6 5.a3 Cge7 6.b4 cxd4 7.cxd4 Fd7 8.Cf3 Db6 9.Cc3 a6 10.Ca4 Dc7 11.Cc5 Cb8 12.Cxd7 Cxd7 13.Fg5 f6 14.Tc1 Db6 15.exf6 gxf6 16.Ff4 Cc6 17.Fe3 Fg7 18.Fe2 0-0 19.Dd2 f5 20.g3 Cf6 21.Cg5 Ce4 22.Cxe4 fxe4 23.Td1 Tad8 24.0-0 Rh8 25.f3 e5 26.fxe4 exd4 27.Txf8+ Txf8 28.exd5 dxe3 29.Dd3 Cd4 30.Te1 Df6 31.Dxe3 Cc2 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

La partie du deuxième échiquier n’a malheureusement pas eu lieu, Réjean Tremblay ne pouvant se libérer à temps d’autres engagements. Comme il semble que les deux protagonistes n’aient pu convenir de jouer la partie à un autre moment d’ici la semaine prochaine, Jean-François Dion a été crédité du gain par défaut.

Au troisième échiquier, j'étais plutôt content de la partie que j’avais jouée, car d'habitude, c’est moi qui me retrouve du côté perdant dans ce genre de position, l’attaque de mat n’étant pas vraiment ma spécialité, pour dire le moins. Mais en fait, ma position était si forte dès le 21è coup que pour laisser échapper Pierre, il m'aurait fallu le faire exprès. Pas de quoi me vanter, en somme.

Richard Sauvé (1941) – Pierre Lemieux (1887)

1.d4 Cf6 2.c4 g6 3.Cc3 Fg7 4.e4 d6 5.f3 0-0 6.Fe3 Cc6 7.Cge2 e5 8.d5 Ce7 9.Dd2 Cd7 10.g4 f5 11.gxf5 gxf5 12.0-0-0 f4 13.Ff2 Cg6 14.h4 h5 15.Fh3 Cb6 16.Fxc8 Txc8 17.b3 Cd7 18.Tdg1 Rh7 19.Tg5 Rh6 20.Thg1 Tf6 21.Cg3 Cxh4 (Si 21…fxg3 22.Txh5+ Rxh5 23.Dg5 mat) 22.Txh5+ Rg6 23.Cf5+ Rxh5 24.Cxg7+ Rh6 25.Fxh4 Rh7 26.Ce6 De8 27.Tg7+ Rh8 28.Txd7 Txe6 29.Ff6+ et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Dans la section B, les deux leaders n’ont pu conserver leur score parfait. Au quatrième échiquier, Marc a perdu une pièce que Claude lui a rendue par la gaffe 20.Cc7?. La partie s’est joliment terminée : Sur 33.Rxg3, on avait un autre mat en épaulettes par Df3.

Claude Lessard (1868) – Marc Hébert (1761)

1.d4 e6 2.Cf3 c5 3.e3 Cf6 4.Fd3 Cc6 5.c3 d5 6.Cbd2 Dc7 7.0-0 Fd6 8.e4 dxe4 9.Cxe4 Cxe4 10.Fxe4 Fd7 11.Fe3 cxd4 12.cxd4 f5 13.d5 fxe4 14.dxc6 Fxc6 15.Cd4 Fd5 16.Cb5 Fxh2+ 17.Rh1 De5 18.Fd4 Dg5 19.Rxh2 0-0 20.Cc7 Df4+ 21.g3 Dxc7 22.Tc1 Dd7 23.Fe3 Tf3 24.Rg2 Taf8 25.Th1 Df7 26.De2 Fxa2 27.Th4 Fd5 28.Tch1 h6 29.Tg4 Rh7 30.Th2 a6 31.Dd2 Df5 32.Tgh4 Txg3+ 33.fxg3 Df1 mat. 0-1.

Au cinquième échiquier, Sébastien n’a pu, malgré tous ses efforts, trouver le moyen de gagner sa finale contre Réal. Une nulle lui permet toutefois de devancer Claude Lessard en tête. Et justement, Claude et Sébastien s’affronteront en dernière ronde, la semaine prochaine.

Réal Bisson (1690) – Sébastien Caron (1863)

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.c3 Cf6 4.Fe2 Cc6 5.Dc2 Da5 6.0-0 Fg4 7.Ca3 e5 8.Cc4 Dc7 9.Ce3 Fd7 10.d3 Tc8 11.Fd2 g6 12.a3 Fg7 13.c4 Ch5 14.Cd5 Dd8 15.b4 Ce7 16.Cc3 Cf4 17.Fd1 0-0 18.Ce2 f5 19.Cxf4 exf4 20.Tc1 fxe4 21.dxe4 Cc6 22.bxc5 dxc5 23.Fc3 Cd4 24.Fxd4 cxd4 25.Dd3 Fe6 26.Fb3 De7 27.c5 Fxb3 28.Dxb3+ Rh8 29.Tfe1 Tfd8 30.Tcd1 Txc5 31.Db4 Tc7 32.Dxe7 Txe7 33.e5 h6 34.Txd4 Txd4 35.Cxd4 Txe5 36.Txe5 Fxe5 37.Cc2 Fc3 38.f3 Rg7 39.Rf2 Rf6 40.Re2 Rf5 41.Rd3 Fe5 42.a4 g5 43.h3 h5 44.Ca3 a6 45.Cc4 b5 46.axb5 axb5 47.Cd2 Fd6 48.Ce4 Fb4 49.Rd4 Fe7 50.Rd5 g4 51.hxg4+ hxg4 52.fxg4+ Rxg4 53.Re6 Fb4 (53…b4 était tentant, mais Sébastien a examiné attentivement ce coup, pour conclure qu’il ne gagnait pas, ce qui semble exact) 54.Cf6+ Rh4 55.Ce4 Fe1 56.Rd5 Rg4 57.Rc5 b4 58.Rc4 Rf5 59.Cd6+ Re5 60.Cf7+ Re4 61.Cg5+ Re3 62.Ch3 Re4 63.Cg5+ Rf5 64.Cf3 Fc3 65.Ch2 Rg5 66.Rb3 Rf5 67.Rc4 Rg5 68.Rb3 Rh4 69.Cf1 Rg4 70.Rc4 Rf5 71.Ch2 Re4 72.Cf1 f3 73.gxf3 Rxf3 74.Ch2+ Re2 75.Cg4 Rd2 76.Cf2 Rc2 77.Ce4 Fe1 78.Cc5 Ff2 et la nulle fut conclue. 1/2-1/2.

Partie nulle également au sixième échiquier, entre Clément et Jacquelin. Aucun d’eux n’a pu arracher l’avantage. Peut-être Jacquelin aurait-il pu tenter 39…Txf4+, mais il ne disposait sans doute plus d'assez de temps au cadran.

Clément L’Heureux (1866) – Jacquelin Perreault (1763)

1.d4 Cf6 2.Cc3 d5 3.Fg5 e6 4.Cf3 Cbd7 5.e3 Fe7 6.Fd3 0-0 7.h3 c5 8.0-0 b6 9.Ce5 Cxe5 10.dxe5 Cd7 11.Fxe7 Dxe7 12.f4 f6 13.Dh5 g6 14.Dh4 Tf7 15.exf6 Dxf6 16.Dxf6 Cxf6 17.Tad1 Fb7 18.Fe2 Td8 19.Td2 Tfd7 20.Tfd1 Rf7 21.Ff3 Re7 22.g4 Ce8 23.Rf2 Cd6
24.b3 Fa6 25.Fe2 Fxe2 26.Rxe2 b5 27.Rf3 b4 28.Ca4 Ce4 29.Td3 Rf6 30.c4 bxc3 31.Cxc3 Cxc3 32.Txc3 Tc8 33.Td4 cxd4 34.Txc8 dxe3 35.g5+ Re7 36.Rxe3 Rd6 37.Rd4 Tf7 38.Td8+ Rc7 39.Ta8 Rd6 et la nulle fut conclue. 1/2-1/2.

Dans la section C, maintenant, le vieux renard qu’est André ne s’est pas assez méfié du jeune tigre Samuel, qui a dévoré son roi en moins de deux quand une occasion en or s’est présentée :

André Hébert (1643) – Samuel Bourassa (1600)

1.f4 d5 2.e3 c5 3.Cf3 Cc6 4.b3 Cf6 5.Fb2 e6 6.Fe2 Fd6 7.0-0 Dc7 8.Cc3 a6 9.g3 Cd7 10.d3 b5 11.Dd2 h6 12.Cd1 f6 13.Cf2 g5 14.fxg5 hxg5 15.Cxg5 Fxg3 16.Cxe6 Fxh2+ 17.Rg2 Dg3+ et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au huitième échiquier, une autre partie a pris fin par un mat inusité, le pion h de Karl donnant le coup de grâce au roi d’Éric :

Eric Gaudreau (1580) – Karl Bender (1575)

1.Cf3 Cf6 2.d4 d5 3.Fg5 e6 4.e3 Fe7 5.Fd3 Cbd7 6.Cbd2 c5 7.c3 Db6 8.Tb1 0-0 9.0-0 c4 10.Fc2 Fd6 11.Te1 Dc7 12.De2 Cg4 13.g3 e5 14.dxe5 Cdxe5 15.Cxe5 Cxe5 16.Dh5 f5 17.Ff4 Cg4 18.Dh3 g6 19.Dg2 Cf6 20.Cf3 Ce4 21.Ted1 Fxf4 22.exf4 Fe6 23.Ce5 Db6 24.Df3 Tad8 25.b3 Da5 26.Fxe4 dxe4 27.De2 Txd1+ 28.Txd1 cxb3 29.axb3 Dxc3 30.Tb1 Fxb3 31.Db5 Fa2 32.Tb2 Dc1+ 33.Rg2 Fe6 34.Dxb7 a5 35.Tb6 Dc8 36.Da7 e3 37.fxe3 Fd5+ 38.Rh3 Dc2 39.Cxg6 Dg2+ 40.Rh4 Dxh2+ 41.Rg5 h6 mat. 0-1.