C’était la dernière ronde du Montcalm 6, jeudi soir dernier. Bertrand Auger, en tête de la section A, devait affronter Réjean Tremblay pour la clôture du tournoi. Cette partie n’a malheureusement pu se dérouler, Bertrand étant retenu par une urgence, au moment où il s’apprêtait à se rendre au club.

Bien que tout à fait en droit de recueillir le gain par défaut (une partie de dernière ronde ne pouvant être reportée), Réjean a généreusement demandé à l’arbitre Daniel Bonneau de considérer la partie comme nulle, ce qui fut fait. J’ai appris à Bertrand vendredi matin qu’il avait finalement terminé premier, et il m’a répondu qu’il remercierait Réjean à la première occasion. Bertrand m’a aussi précisé que rien de grave n’était finalement arrivé, jeudi soir.

Quelques rencontres ont cependant eu lieu, celle-ci, par exemple, où j’ai fort mal paru (et ce n'était pas la première fois ni la dernière!), étant acculé à la perte d’un pion central, puis perdant deux pièces pour une tour en tentant d’obtenir un peu de contre-jeu. Félicitons plutôt Jean-François qui a joué, lui, une excellente partie :

Jean-François Dion (1881) – Richard Sauvé (1941)

1.d4 e6 2.Ff4 d5 3.Cf3 Fd6 4.Fxd6 Dxd6 5.a3 Cd7 6.e3 e5 7.c4 exd4 8.Dxd4 Cgf6 9.Cc3 c6 10.Td1 0-0 11.Fe2 Cc5 12.cxd5 Ff5 13.dxc6 Dxc6 14.0-0 Fc2 15.Ce5 Dc7 16.Dd6 Da5 17.Cc4 Dd8 18.Dxc5 Fxd1 19.Txd1 De8 20.Dc7 De6 21.Dxb7 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au troisième échiquier, une partie où le vent a tourné plus d’une fois. Pierre a d’abord gagné deux bons pions, puis il s’est empêtré, redonnant une pièce entière à Gaétan. Dans le zeitnot final, Gaétan a voulu réclamer la nulle, mais l’arbitre a laissé continuer, et le drapeau de Gaétan est tombé un ou deux coups plus tard. La position ne s'était peut-être pas encore assez simplifiée pour que cette demande de nulle soit accordée, et d’autre part Pierre ne se contentait pas d’attendre la chute du drapeau de Gaétan : Il tentait de progresser, créant des menaces avec sa tour.

Pierre Lemieux (1887) – Gaétan Lapierre (1881)

1.d4 d6 2.Cf3 g6 3.Ff4 Fg7 4.e3 Cf6 5.h3 c6 6.c3 Db6 7.Db3 Fe6 8.Da3 h6 9.Cbd2 0-0 10.Fd3 Cd5 11.Fg3 g5 12.0-0 Dd8 13.c4 Cc7 14.Fc2 f5 15.Dd3 Cba6 16.a3 De8 17.Tab1 Dg6 18.b4 Tac8 19.a4 h5 20.h4 gxh4 21.Cxh4 Dg4 22.Fd1 Dg5 23.Cdf3 Dh6 24.Ff4 Df6 25.Cg5 Fd7 26.Fxh5 e5 27.dxe5 dxe5 28.Dxd7 Tcd8 29.Fxe5 Txd7 30.Fxf6 Fxf6 31.Chf3 Tg7 32.Ch3 Rh7 33.Ch2 Th8 34.Ff3 Rg8 35.Rh1 Fe5 36.b5 cxb5 37.axb5 Cc5 38.Tbd1 C7e6 39.Fd5 Rf8 40.Cf3 Ff6 41.Fxe6 Cxe6 42.Td6 Re7 43.Tfd1 Cc5 44.T6d5 Ce4 45.Ch2 Txh3 46.Td7+ Re6 47.Txg7 Fxg7 48.Rg1 Th8 49.Cf3 Tc8 50.Tc1 b6 51.Rf1 Ff6 52.Re2 Fe5 53.Tc2 Tc7 54.Rd3 Td7+ 55.Cd4 Fxd4 56.exd4 Rf6 57.f3 Cc5+ 58.Re3 Te7+ 59.Rd2 Td7 60.Rc3 Ce6 61.d5 Cc5 62.Rd4 Td6 63.Te2 f4 64.Te8 Rf7 65.Te5 et le drapeau des Noirs chuta ici. 1-0.

Le vainqueur de la section B est Claude Lessard. Claude a encore eu recours au gambit Benko et c’est en finale qu’il a pris un avantage décisif contre Sébastien :

Sébastien Caron (1863) – Claude Lessard (1868)

1.d4 Cf6 2.c4 c5 3.d5 b5 4.cxb5 a6 5.e3 g6 6.Cc3 Fg7 7.Cf3 0-0 8.Fc4 axb5 9.Fxb5 d6 10.0-0 Fa6 11.Fxa6 Txa6 12.Fd2 Cbd7 13.De2 Da8 14.e4 Tb8 15.Tfb1 Cg4 16.a3 Tab6 17.Fe1 Cge5 18.Cxe5 Cxe5 19.f4 Cd7 20.Dc2 Tb3 21.a4 Fd4+ 22.Rh1 Fxc3 23.Fxc3 Da6 24.Tbd1 c4 25.Dd2 Cc5 26.Dd4 f6 27.e5 Cd7 28.exf6 Cxf6 29.De3 Rf8 30.De6 Dc8 31.De2 T8b7 32.Tac1 Tc7 33.Fxf6 exf6 34.Tc3 Tb4 35.Ta1 Te7 36.Df2 De8 37.Dd4 Te1+ 38.Txe1 Dxe1+ 39.Dg1 De2 40.Te3 Dxb2 41.De1 Db1 42.g3 Dxe1+ 43.Txe1 Txa4 44.Rg2 Ta5 45.Td1 c3 46.Rf3 c2 47.Tc1 Tc5 48.Re4 Re7 49.Rd4 Rd7 50.h4 f5 51.Re3 Rc7 52.Rf3 Rb6 53.Re3 Tc4 54.Rd3 Rc5 55.Txc2 Txc2 56.Rxc2 Rxd5 57.Rd3 h6 58.Re3 Rc4 59.Rf3 h5 60.Re3 Rc3 61.Re2 Rd4 62.Rf3 Rd3 63.Rf2 d5 64.Rf3 d4 65.Rf2 Rc3 66.g4 fxg4 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au cinquième échiquier, Marc a oublié que si on pouvait supprimer la pièce clouante, le clouage disparaissait!

Marc Hébert (1761) – Clément L’Heureux (1866)

1.e4 c5 2.f4 Cc6 3.Cf3 d6 4.Cc3 e6 5.Fc4 a6 6.a4 Cf6 7.0-0 Cxe4 8.Cxe4 d5 9.Fxd5 exd5 10.Cf2 Fe7 11.d4 0-0 12.c3 Te8 13.Ce5 cxd4 14.Cxc6 bxc6 15.Dxd4 a5 16.Fe3 Tb8 17.Dd2 Fd6 18.Cd3 Fa6 19.Tf2 De7 20.Fd4 Fd3 21.Dd3 c5 22.Fe5 Fxe5 23.fxe5 Dxe5 24.Tf5 De7 25.Dxd5 Txb2 26.Taf1 Tf8 27.Te5 Td2 28.Dxc5 Db7 29.Tg5 h6 30.Tg3 Td5 31.De3 Dc7 32.Dxh6? Dxg3 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Jacquelin Perreault a eu le meilleur sur Réal Bisson dans une partie qui s’est jouée plus tôt cette semaine.

Dans la section C, c’est le jeune Samuel Bourassa qui a terminé premier. Au septième échiquier, Samuel l’a emporté sur Eric, après avoir gagné la qualité :

Samuel Bourassa (1600) – Eric Gaudreau (1580)

1.e4 e6 2.d4 d5 3.exd5 exd5 4.Fd3 Cc6 5.c3 Fd6 6.Cf3 Cge7 7.0-0 0-0 8.Cg5 Ff5 9.f4 h6 10.Cf3 Fxd3 11.Dxd3 Dd7 12.Cbd2 Df5 13.Ce5 Dxd3 14.Cxd3 Tfe8 15.Cf3 Cf5 16.Cfe5 f6 17.Cxc6 bxc6 18.Rf2 Te4 19.g4 Ce7 20.Fd2 Cg6 21.Rg3 Tae8 22.h4 Te2 23.Tae1 Rf7 24.h5 Cf8 25.Ce5 Fxe5 26.Txe2 Fxf4+ 27.Rf3 Fd6 28.Txe8 Rxe8 29.Ff4 Cd7 30.Td1 Cb6 31.b3 Cc8 32.c4 Fxf4 33.Rxf4 Ce7 34.c5 Rd7 35.b4 a6 36.a4 Rd8 37.Tb1 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Enfin, au huitième échiquier, Paul et Karl ont fait tour à tour des gaffes, mais la combinaison mononcle, pardon, matante de Paul valait le coup d’œil :

Karl Bender (1575) – Paul Cummins (1643)

1.d4 d5 2.Cf3 c6 3.Cbd2 Cf6 4.c4 e6 5.e3 Cbd7 6.Fd3 dxc4 7.Cxc4 b5 8.Cce5 Fb7 9.e4 Db6 10.Fe3 Fb4+ 11.Rf1 Dc7 12.Tc1 a6 13.a3 Fd6 14.Cxc6 Fxc6 15.e5 Cd5 16.Fe4 Db7 17.Fxd5 Fxd5 18.exd6 Tc8 19.Tc5 Cxc5 20.dxc5 0-0 21.b4 Tfd8 22.h4 f6 23.Th2 a5 24.Ce1 axb4 25.axb4 Da6 26.g4 Ta8 27.g5 f5 28.Fd4 Td7 29.Cf3 Tad8 30.Ce5 Fc4+ 31.Rg1 Txd6 32.cxd6 Dxd6 33.Cf3 Fd5 34.Fc5 Df4 35.Cd4 Ta8 36.Cxb5 Ff3 37.De1 Dg4+ 38.Rf1 Fe2+ 39.Dxe2 Ta1+ 40.De1 Dc4+ 41.Rg2 Txe1 42.Cd4 e5 43.Cf3 Dg4 mat. 0-1.

Le championnat invitation du club Montcalm commence jeudi le 28. N’oubliez pas le tournoi à système suisse, ouvert à tous, qui aura lieu simultanément.