Plusieurs nouveaux joueurs ont pris le train en marche, lors de la deuxième ronde du Montcalm 1, de sorte que le tournoi en compte maintenant une quarantaine, dont six détiennent encore un score parfait de deux en deux. Et Vladimir n’est pas de ceux-là !

En effet, victime d’une combinaison par laquelle Alexandre gagnait deux pièces pour une tour, Vladimir n’a dû qu’à sa grande expérience, à sa technique défensive et au manque de temps d’Alexandre le demi point qu’il a réussi à tirer de sa partie, jouée au premier échiquier :

Vladimir Gaspariants (2307) – Alexandre Filiatrault (1817)

1.d4 Cf6 2.Cf3 g6 3.g3 Fg7 4.Fg2 c5 5.d5 d6 6.0-0 0-0 7.Cc3 a6 8.a4 e5 9.dxe6 fxe6 10.e4 Cc6 11.Te1 e5 12.Cd5 Cd4 13.c3 Cxd5 14.cxd4 Cb4 15.Db3+ Rh8 16.Fg5 ??



…Txf3 17.Fxf3 Dxg5 18.dxc5 dxc5 19.Tac1 De7 20.De3 Ff8 21.Ted1 Fe6 22.Fe2 Cc6 23.Fc4 Fxc4 24.Txc4 Cd4 25.Rg2 a5 26.h4 h5 27.Tc3 Rh7 28.Dd3 Dd7 29.Dc4 b6 30.Tb3 Tb8 31.Tf3 Rg7 32.Te3 Te8 33.Tf1 De6 34.Dxe6 Txe6 35.f4 exf4 36.gxf4 Fe7 37.e5 Fxh4 38.Th3 Fe7 39.Rf2 Fd8 40.Re3 Te8 41.Re4 Fe7 42.Tg3 Rf7 43.Tg2 Tg8 44.Tfg1 Cf5 45.Td2 Cd4 46.Tdg2 Cf5 et la nulle fut conclue. 1/2-1/2.

Si ma mémoire ne me trompe pas, Jacquelin a déjà eu raison de Nicolas. Aucune raison pour lui de se sentir intimidé, donc, et c’est en effet une partie serrée qui s’est déroulée au deuxième échiquier. Jacquelin a dépassé le temps alloué alors que la position était favorable à Nicolas, mais non désespérée, selon ce dernier :

Jacquelin Perreault (1755) – Nicolas Audet-Bouchard (2146)

1.e4 c5 2.Cf3 Cc6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 d6 6.Fc4 Db6 7.Cdb5 a6 8.Fe3 Da5 9.Cd4 Cg4 10.0-0 Cce5 11.Fb3 Cxe3 12.fxe3 Fg4 13.Fxf7+ Rd8 14.De1 Cxf7 15.Txf7 Tc8 16.Df2 Rc7 17.Cd5+ Rb8 18.b4 Dd8 19.b5 axb5 20.a4 Da5 21.Df1 bxa4 22.Tb1 Fd7 23.Cxe7 Fxe7 24.Txe7 Thf8 25.Tf7 Txf7 26.Dxf7 Dc7 27.Dd5 Fc6 28.Cxc6+ Dxc6 29.Dxc6 et les Blancs perdirent au temps. 0-1.

Position finale :



Au troisième échiquier, Christian Marquardt, expert nouvellement installé dans notre région, a dévoré Paul Cummins dès l’ouverture. Je ne doute pas que Paul nous fera rapidement oublier cette mauvaise partie :

Christian Marquardt (2075) – Paul Cummins (1739)

1.Cc3 e5 2.Cf3 Cc6 3.d4 exd4 4.Cxd4 Df6 5.Cdb5 Fc5 ?? 6.Ce4 Fxf2+ 7.Cxf2 Dd8 8.Ff4 d6 9.e3 Cge7 10.Fe2 Cg6 11.0-0 0-0 12.Dd2 a6 13.Cd4 Cxf4 14.exf4 Te8 15.Cxc6 bxc6 16.Ff3 d5 17.Cd3 Tb8 18.Tae1 Ff5 19.Txe8+ Dxe8 20.Te1 Df8 21.Dc3 Dd6 22.g3 f6 23.b3 Fg6 24.Te2 Te8 25.Txe8+ Fxe8 26.Dc5 De6 27.Df2 Dd6 28.Cc5 d4 29.b4 Ff7 30.a3 Fc4 31.Fe2 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Le quatrième échiquier a vu Michel ronger patiemment les forces vives d’Eric qui, bien qu’excellent jongleur, ne disposait plus à la fin d’un matériel suffisant pour continuer le spectacle :

Eric Dumont (1668) – Michel Valley (2002)

1.f4 d5 2.Cf3 Cf6 3.e3 Fg4 4.b3 Cbd7 5.Fb2 e6 6.Fe2 Fd6 7.Cc3 c6 8.0-0 Dc7 9.De1 0-0-0 10.Cd1 Fxf3 11.Fxf3 e5 12.c4 dxc4 13.bxc4 exf4 14.e4 Ce5 15.Tac1 ?? Cd3 16.De2 Cxc1 17.Fxc1 Fe5 18.Rh1 Td7 19.Cb2 Thd8 20.d3 h5 21.Dc2 g5 22.c5 g4 23.Fe2 f3 24.gxf3 gxf3 25.Fxf3 Cg4 26.h3 Ch2 27.Tf2 Cxf3 28.Txf3 Da5 29.Df2 Fxb2 30.Fxb2 Dxa2 31.Tg3 Txd3 et les Blancs jetèrent l’éponge. 0-1.

Le duel opposant André et Claude fut l’un des derniers à prendre fin. André n’avait presque plus de temps à sa disposition dans une finale difficilement tenable, lorsqu’une hallucination de sa part a brutalement mis fin à la partie :

André Bourassa (1628) – Claude Lessard (1977)

1.d4 Cf6 2.c4 c5 3.d5 b5 4.cxb5 a6 5.b6 g6 6.Db3 Fb7 7.Cc3 d6 8.e4 Cbd7 9.Ff4 Fg7 10.Cf3 0-0 11.Cd2 Cxb6 12.Cc4 Cxc4 13.Fxc4 Tb8 14.Dc2 Fc8 15.0-0 Da5 16.Tab1 Fd7 17.a4 Cg4 18.Tfe1 Txb2 19.Txb2 Fxc3 20.Fd2 (seul coup !) Fb4 21.Fxb4 cxb4 22.Fb3 Tc8 23.Db1 Tc3 24.Da2 (Ici André offrit la nulle, mais Claude avait suffisamment confiance en son initiative pour continuer malgré la qualité en moins) Dc5 25.h3 Ce5 26.Tc2 f5 27.exf5 Fxf5 28.Txc3 Dxc3 29.Te3 Dc1+ 30.Rh2 Rf8 31.De2 a5 32.g4 Fb1 33.Rg2 g5 34.Txe5 dxe5 35.Dxe5 Dc3 36.De3 Fd3 37.Fd1 Dc4 38.Dxg5 Fe4+ 39.f3 Fg6 40.De3 Dxd5 41.Fb3 Dd6 42.h4 Ff7 43.Fc2 h6 44.De4 e5 45.Da8+ Rg7 46.Fe4 Dd2+ 47.Rg3 b3



48.Dxa5 ??? et les Blancs abandonnèrent sans attendre. 0-1.

Au sixième échiquier, une gaffe de Réal au quatorzième coup a donné à Gaétan une pièce de plus et une partie confortable qu’il a mené à bon terme :

Réal Bourassa (1604) – Gaétan Lapierre (1885)

1.e4 d6 2.d4 Cf6 3.Fd3 g6 4.c4 Fg7 5.f3 Cc6 6.Fe3 e5 7.d5 Cd4 8.Cc3 c5 9.Cge2 0-0 10.Dd2 Ce8 11.0-0-0 a6 12.h4 b5 13.Fh6 b4 14.Fxg7 ?? bxc3 15.Dxc3 Cxe2+ 16.Fxe2 Cxg7 17.g4 f5 18.h5 fxe4 19.hxg6 Dg5+ 20.Rb1 Dxg6 21.fxe4 Ta7 22.De3 Tf4 23.Da3 Fxg4 24.Tdg1 h5 25.Db3 Taf7 26.Fxg4 Dxe4+ 27.Ra1 hxg4 28.a3 Cf5 29.Db8+ Tf8 30.Dc7 Cd4 31.Ra2 T8f7 32.Dxd6 Cf3 33.Tc1 T4f6 34.Dxc5 g3 35.Dc8+ Tf8 36.Dh3 Dg6 37.Dg2 Tf4 38.Tc3 e4 39.Th3 Tg4 40.Tb3 Tf7 41.Tb8+ Tf8 42.Tb3 Dg7 43.c5 Ce1 44.Dg1 g2 45.d6 Cf3 46.Dd1 g1=D 47.Dd5+ Df7 et les Blancs baissèrent pavillon. 0-1.

Enfin, au septième échiquier, j’ai été incapable de remplir la mission dont Dominic m’avait lui-même chargé dans ses prédictions d’avant-ronde :

Richard Sauvé (1864) – Dominic Cournoyer (1590)

1.d4 d6 2.c4 e5 (C’est la troisième fois que j’affronte ceci. J’avais perdu les deux premières fois, de peu, contre Vladimir Gaspariants puis François Caire) 3.dxe5 dxe5 4.Dxd8+ Rxd8 5.Cf3 f6 6.e4 Fc5 7.Cc3 c6 8.a3 a5 9.Tg1 (Une idée que j’ai puisé dans l’ECO, mais dont je ne comprenais pas suffisamment les subtilités) Fe6 10.g4 g5 11.Ca4 Fa7 12.Fd2 b6 13.0-0-0 ? (13.c5 ! imposait aux Noirs des pions isolés, comme Dominic me l’a montré après la partie) Cd7 14.Fe3 Rc7 15.Cc3 Ce7 16.Fe2 Cg6 17.Rb1 Cf4 18.Fxf4 exf4 19.Cd4 The8 20.Td2 Ce5 21.Cxe6 Txe6 22.Tgd1 Tae8 23.f3 Fb8 24.Ca4 Fa7 25.b3 T8e7 26.Cb2 Td7 27.Txd7+ Cxd7 28.Rc2 Td6 29.Txd6 Rxd6 30.Cd3 Ce5 31.Rc3 Cxd3 32.Fxd3 c5 et les Blancs acceptèrent l’offre de nulle, étant donné les fous de couleur différente. 1/2-1/2.